Graphisme - Photographie - Illustration

Les chants du possible…

Ca n’est pas très coutume sur le site d’un artiste de parler d’un autre artiste. Habituellement on se contente de se renifler le nombril dans de longues spirales hem… quoi ? Je vous saoule déjà ? OK, parlons de Daniel Myer alors.

 

VAGUES ELECTRONIQUES

Dan’ n’est pas un petit nouveau qui débarque comme cette electro-pop édulcorée qui ne dispose de guère plus d’arpèges que les pauvres partitions des boys bands. Non. Là, nous avons à faire à du routard. Du seriously involved qui ne prend pas son activité à la légère. Et nous le verrons plus tard : a un individu aussi derrière les machines.

Myer est un nom qui vous dit sûrement quelque chose si vous êtes attiré par les vagues noires de l’électronique cold. Pour emblème Haujobb, impérial représentant du genre qui aura fait trembler les dancefloors EBM pendant de nombreuses années. On gardera comme monument l’excellent « Solutions for a small planet », hymne no futuriste d’une génération qui ne gobe pas trop les démagogies du moment mais aime à se trémousser en réunion. L’album proposera d’ailleurs dans une version étendue toute une ribambelle de samples pour recréer soi-même ou étendre les morceaux proposés, et ce bien avant un certain Moby.

 

VORLEISTUNGPRODUKT…

Ce que j’ai toujours apprécié dans les univers de Daniel, c’est cette façon de se manufacturer son propre son. Une empreinte audio. On sent ainsi sa participation dés qu’il touche les séquenceurs et autres synthés de n’importe quel titre sur lequel il est enrôlé. Le soucis quand on est trop fertile en désirs de créer, c’est qu’un projet se suffit rarement. C’est pour ça qu’on retrouvera Daniel dans différents groupes tels que Covenant, Clear Vision, Destroid et ce qui nous concerne aujourd’hui : Architect.

Fondé en 2008, le groupe en est aujourd’hui à son sixième album après différents virages. D’une électronique minimaliste et froide à quelques oscillations DNB savamment gérées, il a évolué vers des horizons plus suaves, faits de longues nappes et brumeuses atmosphères. Les voix viennent aujourd’hui se joindre à ce qui aurait pu paraitre comme un simple projet de remixeur fou pour diriger le groupe vers des contrées plus new age.

 

REWINDING NO FUTURE

Vous parler du projet de Daniel Myer aujourd’hui n’est pas si innocent car sa dernière release, « Altitude », partage avec moi des visions qui, bien que pessimistes, lèvent le voile sur un futur qu’on veut manufacturer à votre place. J’en veux pour preuve ma haine actuelle des services de Google (qui se traduira par un boycott total de leurs produits pour 2014) qui sous couvert d’une certaine notion de partage n’en profite pas moins pour placer son monopole sur tout ce qu’il approche. Le prétexte de donner des outils aux gens n’est à mon avis pas un motif valable pour s’accaparer le produit de leurs idées et formater ainsi une sorte d’imagination toute guidée. Et c’est exactement le thème de « Altitude ».

Mais plutôt que de tenter de vous éveiller aux enjeux de la liberté, sur internet en particulier, je préfère vous laisser découvrir les univers électroniques de Architect via ces quelques références. Et si vous appréciez, le lien plus bas vous donnera accès à toutes les productions disponibles. Bonne écoute !

 

Pure (Marvul Remix)

The Beauty And The Beat (The_Empath Remix)

Ursuppe (Liebknecht Remix)

The sun

Altitude

 

Vous pouvez explorer d’autres titres sur le site officiel de Architect ou via le Soundcloud de Daniel Myer.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :