Graphisme - Photographie - Illustration

La grande escroquerie Loi Création

France, tu pars en vrille, je te le dis ! Il est déjà assez pénible de rester à l’écart de tensions nationales pour finalement admettre que notre beau gouvernement ne fait plus vraiment sont boulot. Ça jette des croutes de pains aux manants, des quignons séchés aux mals insérés, et ça regarde amusé la classe moyenne qui se bat pour 3 tranches de pain frais. N’y aurait-il pas une défiance de ces élus envers le peuple, qui rame, à conserver une forme de féodalisme dans ses comportements ? Car jusqu’à présent seuls les nantis ont pu avancer ; les autres sont laissés comme une masse de fonctionnement imparfaite mais nécessaire pour juste entretenir le royaume des privilégiés. Il y a un moment où la masse en question peut rappeler que malgré son manque de motivation à écraser de manière plus ou moins glorieuse son voisin, elle peut faire part de jugeote et sens de l’observation. Hors qu’observe-t-on depuis des mois : des cliques de gens en costard qui s’arrangent entre eux dans ces petits cercles bien étanches où la crasse est malaxée loin des regards populaires. Nous ne sommes plus dupes.

Ouais, ça fait un peu gaucho comme discours mais franchement cette Loi Création du 29 Juin 2016 n’a pas fini de me faire vomir. J’avais tenté de mettre un peu en alerte avec ce papier, posté sur un site externe au mien car je trouvais que c’était plus un avis qu’autre chose ; une simple opinion devant un texte supposé ne pas passer s’il on avait des élus moins périmés niveau connaissances du numérique. Je vomis encore un coup et je vous présente tout de suite cette nouvelle taxe, puisqu’il ne s’agit de rien d’autre, et qui est sacrément injustifiable dans ce qu’elle pourrait apporter.

 

Loi création Quarter 10

De manière résumée c’est ce dont vu avez pu entendre parler sous « Taxe Google ». Une ponction faite à partir de toutes les images indexées par les moteurs de recherche (enfin, on suppose « toutes »). A partir de là, il faut bien suivre le mouvement car ça concerne également chacun des citoyens de cette planète malgré que ce soit une connerie made in France :

Chaque fois que vous posterez une image, peu importe que ce soit un croquis, une aquarelle, une photo de beuverie… elle sera potentiellement référencée par ces moteurs de recherche si gourmands en données.  Si référencement il y a, chaque moteur de recherche sera amené à donner un compte rendu potentiel sur le rendement de l’image ; comprenez le nombre d’affichage. Ce document ira servir de justificatif pour garnir les poches bien pleines d’un établissement qui dans 98% des cas ignorera qui en est l’auteur. Et pourtant, on émettra un montant à lui reverser concernant cette image qui, oh comme c’est étrange, vous appartient ! Et sans accord préalable !

Vous avez compris le tour de magie ? On commence par un truc gratos que vous postez sans prétention sur FB et hop : ça génère des sous ! Dingue ! Et encore plus dingue : des sous dont vous ne verrez jamais la couleur !!! Parce qu’à moins d’être inscrit dans une agence média, forcément réservée aux professionnels, votre joli pied en gros plan devant le Mont Saint Michel flou sera déclaré « œuvre orpheline ». C’est vrai quoi, on peut s’emmerder à aller demander des rapports d’activité à des moteurs de recherche mais de là à remonter à l’auteur.. faudrait voir à pas déconner !

 

Qui est derrière cette taxe sur les images ?

Les noms m’importent peu. Je constate juste comme tout le monde que les gens, élus, qui ont participé à cette… ‘ttendez je vomis, ne méritent sûrement pas vos voix tant ils semblent ne pas maitriser le sujet. Il y a fort à parier que toute cette nouvelle activité générée et surtout les bénéfices resteront dans des petits cercles « de gens qui se comprennent entre eux ». C’est marrant, moi quand je vois 2 grosse brutes qui viennent taxer dans la caisse de l’épicier du coin, j’appelle plutôt ça une mafia. Pareil : ils bossent entre eux et font du fric à partir de choses qui ne leur appartiennent pas et qu’ils sont incapables de créer.

Donc les noms je pense qu’on leur fera bien de la publicité quand ça remontera à la surface, histoire de ne plus jamais voir ces personnes sur des rangs d’élus ou a des postes à responsabilité. Et je pèse mes mots : les conséquences de cette loi vont être bien pires que de couper toute subvention à l’image.

 

Les conséquences

Déjà on pourra sourire à l’évocation de certaines manipulations pour traiter toutes ces données qui sans nul doute resteront conservées dans un flou -artistique- aussi fumeux que la loi en question. Avec la quantité de conneries postées sur le web, j’ai de la peine à ne pas ricaner pour arriver ne serait-ce qu’a estimer une image quelconque d’une image avec un caractère artistique. Comme dans Brazil, il y aura sûrement des Pères Noeunoeils pour analyser et calibrer ces flot permanents de visuels, je n’en doute pas ^^’. Bon OK, y vont tout donner à un algo’ (acheté à une boite de copains ? Allez, dit…) qui fera à moitié le boulot et ils diront « on est satisfaits ». Alors tous les autre mafieux en costard diront « on est satisfaits ». Et nous, tous, je pense que la satisfaction, on sera plutôt en mode « can’t get no »

Je vais laisser de côté l’aspect argent qui a lui seul est déjà bien scandaleux pour m’étaler sur ce que n’ont pas prévu nos génies qui pioncent sur les bancs du Sénat. Que croyez vous qu’il va se passer quand X moteur de recherche va se faire présenter la note ? Un moteur de recherche, c’est pas du Mozilla les gars ; ils sont là pour que l’affaire tourne, et au max. Donc, après quelques négociations de marchands de tapis avec l’état (!!! et pourtant ce sera ça !), je pense que certains en auront vite marre de payer au mafieux Français ce truc inventé pour … ? Euh, oui : « 98% dans nos fouiiiiiiiiilles » <= ça se voit un peu les gars là, va falloir arrêter.

Les moteurs de recherche, qui profitent d’un internet libre, qu’ils monétisent à leur manière en essayant de se tenir au plus soft par du gratuit contre encarts pub, il est fort probable qu’ils en aient vite marre (ou n’acceptent tout simplement pas) de cette taxe qui plus est locale. Rigoureux dans l’application des lois, ils n’arrêteront certainement pas de payer ; ils désindexeront tout naturellement les images les moins consultées. Et là on touche le summum du fond de l’abime : car non seulement les artistes non aisés ou célèbres ne toucheront probablement rien des terribles visuels qu’ils partagent avec nous, mais surtout ils disparaitront d’un internet qui aura perdu au moins trois lettres de son LIBRE pour le même coup. Oui, sous gouvernement Hollande on aura eu la restauration de la Grande Nomenklatura dans le domaine des arts avec ce qu’il est bon de faire voir, puis toute la merde Underground qui est pourtant la source de l’essentiel des tendances dont se gaveront les marketeux et autres professionnels de la communication en manque de trucs à se mettre dans le pif.

Rajoutons que cette taxe va également s’approprier les visuels du domaine public sans pour autant fournir de contrepartie pour soutenir les associations qui font tant pour cet univers… moi je demande juste : ou va-t-on là ?…..

 

S’il faut se battre…

C’est étrange d’être une personne relativement passive et se voir chevaucher d’un coup contre une injustice totale faute que le public et les collègues aient saisi les enjeux en question. Personnellement j’ai toujours considéré internet comme une zone de liberté et de partage qui se devait de rester telle que. Un endroit ou bons et mauvais se rencontrent et échangent pour s’enrichir mutuellement. Les collisions de faits et de réalités vu sous des angles autres que ceux de sa propre personne. Et puis de l’inattendu, toujours.

Conserver la neutralité du Net est essentiel pour les générations futures. Leur enlever ce droit c’est céder à une culture monoforme qui se contente de produits calibrés, sans saveurs généralement, faits pour la majorité qui consomme. Une majorité qui consomme plutôt inconsciente de n’être qu’un produit aussi au final. Comme je n’ai de cesse de le dire, « les différences sont autant de richesses qui nous grandissent ». Alors de là à laisser bousiller le dernier outil où le bien commun était encore un minimum possible, vous comprendrez que j’en vienne à enrager. Mais les colères ne sont jamais bonnes et plutôt que de continuer à remplir des sacs de vomi, je pense que la meilleure option reste l’action : la création d’une nouvelle licence.

 

Web Open Reference Media

La voilà la nouvelle licence qui te pend au nez cher État Français ! Laisse moi te détailler ce qu’il va se passer. Cette nouvelle licence ne sera ni un énième copyright ni une licence libre. Ce sera juste un logo, accompagné du nom de l’auteur de l’image et d’un éventuel contact. La licence est très simple :

. Le visuel présenté reste propriété de son auteur et ne peut être monétisé sans son agrément

. L’utilisation du visuel présenté est autorisée pour référencement web gratuit, la monétisation de l’indexation est interdite.

. Toute clause non couverte par la licence est laissée à la discrétion des échanges préalables entre l’auteur et le demandeur.

Voilà ! Trois lignes pour remettre les choses à leur place et que les gens malhonnêtes arrêtent de trouver des prétextes pour ponctionner de l’argent sur travail et matériels qu’ils ne produisent pas. Je pense mettre en place officiellement ce type de licence très vite, avec un site web et différentes discussions avec les services concernés (moteurs de recherche) histoire qu’on arrête de se foutre de notre gueule « et qu’on laisse aux hommes de bonne volonté, artistes y compris, la liberté de travailler ».

 

BONUS – Conclusion : le Ministère de la Culture Français finance la publicité !

Oui, il fallait bien clore cette sinistre foutaise de gens qui traitent ce dont ils ne connaissent rien. Et si l’on pousse le raisonnement bête & méchant de ce Quarter 10 jusqu’au bout, selon ses critères on comprend que ce seront les images les plus présentes sur le web qui auront meilleur potentiel à la génération spontanée d’argent. Et à votre avis, il s’agirait plutôt de la Joconde ou d’un Picasso ? Je vous donne un indice : marketing. Effectivement, les campagnes de pubs ce sont systématiquement des millions d’affichages. On constate donc que dans sa grande générosité à mélanger les serviettes et les torchons, cette loi création cru 2016 va non seulement anéantir le terreau créatif indépendant, privilégier et entretenir d’autres gens qui n’ont pas vraiment besoin d’aide, mais de surcroit financer la publicité qui elle n’hésitera sûrement pas à réclamer sa part de droits toute professionnelle qu’elle est. Hallucinant !

Et je n’ai même pas encore abordé le thème de l’Image Spam à venir… ô0

 

A suivre…

Une fumisterie nommée Loi Création Quarter 10

Une fumisterie nommée Loi Création Quarter 10

PS : cet article ne contient volontairement aucune illustration protestation au Quarter 10 ; ce serait dommage de faire rentrer de l’argent pour que ces gens mangent encore plus de caviar ; ça fait grossir.

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :