Graphisme - Photographie - Illustration

#Teaser: avec long monologue…

Le sujet premier de cet article est l’image. Une des premières séries sortie avec Jessie Key en 2012. Une compilation de choses maladroites tant dans l’attitude que la prise de vue. Pourtant il y a un truc. Quelque chose. Probablement parce qu’en coulisse ces mélanges de perfections et défauts sont un tout qui font l’idée. Cet aperçu est une vue partielle de l’image complète.

 

L’autre sujet qui mérite d’être écrit ce soir est aussi ce paisible affolement. La raison ? Si je ne trouve pas les financements d’ici quelques jours ce site sera inaccessible. En stand-by pour une courte période puis probablement effacé. Définitivement. « Paisible affolement ». C’est exactement ça. Je ne sais plus trop s’il faut s’accrocher aux jambes des gens et se faire trainer sur une éternité, le temps qu’ils réalisent qu’on a besoin d’eux pour continuer. Ou s’il faut simplement admettre qu’on a été trop prétentieux et que toutes ces années de travaux ne sont guère qu’une compilation de médiocrités qui ne méritent pas plus d’attention…

Il n’est pas dans mon tempérament de demander. Mon parcours je l’ai tracé seul, à coups d’éclats, de poings, de gueule et parfois de subtilités aussi. De travail, toujours malgré les apparences. Là seule demande qui court en cet instant est cette interrogation dans ma tête. « Le doute de l’artiste » diront certains. « La fatigue du partage qui semble inutile » je répliquerais.

On va dire que c’est un moment. Une période. Tout repartira. Mais ça fait des décennies que je suis trimballé sur un grand huit qui jamais ne se stabilise un bon moment dans les positions les moins inconfortables. Vous comprendrez donc la petite fatigue latente.

 

Vous pouvez agir sur cette situation. Vous offrir quelques tirages qui permettront d’au moins financer la continuité du site. Voir un grand format, car au-delà du 24″ il y a des images qui valent vraiment la peine d’être vues en pleine dimension. Ou juste lâcher quelques mots de soutien, car ça c’est devenu très rare dans cet univers où il est plus important d’entretenir son niveau social virtuel plutôt que de lâcher de réelles et sincères émotions. Voilà. J’imagine que les gens ne lisent jamais ce que j’écris…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :