Graphisme - Photographie - Illustration

SWP ? CéKoi ?…..

Je vous ai parlé semaine dernière des SAP (Studio Art Prints), les tirages validant certains réglages pour passer en Master, épreuve finale. Et je remarque que du coup certains se mélangent déjà avec les Studio WORK Prints (SWP). Éclaircissement donc.

Depuis qu’on a tous adopté le numérique pour la plupart de nos médias, on a un peu perdu de vue les conventions qui rendent certains domaines voisins mais techniquement différents assez subtiles à mettre en équilibre. Pour meilleur exemple vos fichiers image numériques et leurs impressions.  Les presses sont souvent numériques elles aussi maintenant, et contrairement aux courantes dans l’impression de masse, elles n’ont presque plus de limites pour convertir le spectre courant d’écrans (RVB) vers leurs propres systèmes d’encrage pourtant sur un autre mode couleur (CMJN). Leur astuce ? Utiliser des encres dédiées pour élargir le spectre normal de la quadrichromie. Il n’est donc pas rare de trouver jusqu’a 15 couleurs différentes dans les toners d’une tireuse laser industrielle. C’est à ce jour le seul moyen d’élargir ce spectre de couleur que domine sans concession l’affichage lumière, ce fameux DeltaE.

J’avoue travailler la plupart du temps en RVB. Pour ce spectre justement, mais aussi pour une certaine souplesse dans les possibilité de manipulations. Mais la couleur n’est pas le seul problème : les noirs & blancs sont aussi source de soucis. Il existe parfois une limite, fondamentalement personnelle, à partir de laquelle la dominance de noir d’une image ou son fort contraste rendent vraiment intéressant l’usage de trames plutôt que d’aplats. La lourdeur d’océans de noir peut ainsi être diluée dans des dégradés de points tout en conservant le contraste si l’on arrive à trouver LA densité idéale. Densité idéale qui est donc propre à chaque image bien sûr ^^.

A la recherche de la trame idéale...

A la recherche de la trame idéale…

Il y a aussi plein d’autres raisons de réaliser des SWP, comme ces noirs qui finalement ne sont pas vraiment noirs avec ce petit, discret et visible sous une certaine exposition reflet bleuté. Ou encore un test sur support aluminium. Etcétéra.

 

Quelques Studio Work Prints seront donc mises en vente pour financer le projet de livres. Avantage ? Aucune prétention de l’auteur, donc des prix rikikis. Si on regarde, finalement on a un tirage propre, unique et accessible, peut être une bonne occasion de se faire plaisir facilement.

On reparle de tout ça dans la semaine…

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :